Exposition du 10 juillet au 30 août 2020.

Dans le monde actuel les espaces naturels laissés aux animaux sont de plus en plus restreints. Peu à peu l’Homme grignote leurs places de vie, s’accapare leurs territoires de chasse, de reproduction. Les espèces doivent donc s’adapter ou, trop souvent, disparaître.

À travers mes photos animalières je propose ma vision de cette situation. Le fond noir symbolise la fin des habitats, pour ne laisser que l’animal seul face à ce vide. Pourtant, c’est une proposition écologiste : l’animal, dans toute sa beauté, doit garder sa place. Enfin le noir et blanc intemporel laisse une possibilité d’ouverture et pourquoi pas un avenir heureux. L’espoir que l’animal s’adaptera et que les humains prendront conscience de son importance.

Un constat que je tente de magnifier par mon approche artistique en fonds noirs qui soulignent l’éternel combat entre l’essentiel et l’insignifiant, et nous rappelle à quel point, il est vain de vouloir voir autre chose en ajoutant un décorum… Un travail qui me confirme à quel point il est bon d’effacer le superflu pour ne laisser place qu’à l’évidence !

Pierre-Bernard Cognein

Né en 1971 à Bron, près de Lyon, il est tombé tout petit dans la chimie argentique par le biais de son père, dentiste, qui développait ses négatifs radio.

Il pratique aussi bien la photo de rue, la balade photographique, que la photo animalière.

Admirateur du travail de H. Cartier-Bresson, M. Kenna et de celui de V. Munier, de cette culture du noir et blanc et de “l’instant décisif”, Pierre-Bernard Cognein propose de nouvelles images en photo animalière et témoigne sur l’effacement de l’environnement animal.

Explorez le travail de Pierre-Bernard Cognein sur son site cognein.myportfolio.com

sur facebook

sur instagram @pierre_bernard_cognein