Exposition du 10 juillet au 30 août 2020.

French Kiss
Une Lettre D’Amour à Paris

Je suis tombé amoureux de Paris dès le premier instant, quand, jeune homme, j’ai atterri dans cette ville en 1975. J’ai maintenant vécu à Paris, et photographié la vie de cette ville depuis près de quarante-cinq ans. J’ai voyagé dans plus de quatre-vingt-dix pays, ayant couvert et photographié une grande partie de l’actualité internationale de ces quatre dernières décennies. Durant ce temps, la vie de Paris, ma ville adoptive, a toujours rappelé à mon coeur et à ma vision, et ce malgré les difficultés et les défis que le monde peut présenter, combien la vie peut s’avérer belle et magnifique.

Lors de mes premières années à Paris, j’ai cherché à rencontrer un grand nombre de mes idoles: les photographes Cartier-Bresson, Doisneau, Kertész, Boubat, Ronis, et bien d’autres. J’ai eu l’incroyable bonne fortune de les connaître, non seulement comme des sources d’inspiration, mais aussi en tant qu’amis et mentors. Au début des années quatre-vingt, j’ai travaillé en tant qu’assistant de Robert Doisneau. La chose singulière que tout ces photographes avaient en commun, était la notion et la conviction que lorsqu’on sort de sa porte le matin avec le coeur et l’esprit ouvert, il se peut qu’un cadeau vous attende ou puisse surgir à chaque coin de rue.   

Lorsque ma propre carrière photographique a connu un essor et que j’ai commencé à fréquemment voyager au long cours, je revenais toujours chez moi, à Paris afin de me promener avec joie, en photographiant la vie dans les rues et sur les quais de cette merveilleuse ville. Il est possible que plus que dans n’importe quelle autre ville du monde, le paysage visuel de Paris présente une expression constante et continu de la beauté et de la force de l’amour, vu au travers de tendres baisers ou embrassades qui peuvent être aperçus, en public, à tout instant, n’importe où, et toujours.             

La photographie implique le partage, avec nous-mêmes comme avec les autres, d’instants qui nous touchent, les yeux et plus encore, le coeur. La notion implicite du partage, comme un baiser, est une idée de l’amour, et du don. Paris m’a tant donné, tant offert, comme à tant d’autres. Cette exposition représente ma lettre d’amour à Paris. C’est l’expression de ma profonde gratitude à cette ville et aux nombreuses personnes dont j’ai pu croiser le chemin. Tel un baiser, j’offre ici l’expression de l’espoir et de l’amour pour notre présent et notre avenir. 

Peter Turnley, juin 2020

3 World Press Photo

1 Overseas Press Club

Meilleur reportage photographique pour sa série « Ceaușescu, la chute d’un dictateur. »

Il exposera en Septembre au Festival de photojournalisme de Perpignan, Visa pour l’Image.

Grand photo-reporter franco-américain, il a parcouru plus de 90 pays et il a témoigné
des grands événements historiques et
géopolitiques de ces 30 dernières années.

Explorez le travail de Peter Turnley sur son site peterturnley.com

sur facebook

sur instagram @peterturnley